Trouver un psaume :

13/09/2014

PSAUME 9 : Sans cesse je te bénirai

1. Sans cesse je te bénirai, Seigneur, jour et nuit je dirai Toutes tes œuvres sans pareilles, Et la gloire de tes merveilles.

2. En toi je veux me réjouir,
Des biens dont tu me fais jouir;
Et je rendrai par mon cantique
Ma reconnaissance publique.

3. De ton bras la seule vertu
Dissipa l’ennemi battu;
On le vit manquer de courage,
Dès que tu montras ton visage.

4. Contre son effort inhumain,
Tu pris, Seigneur, ma cause en mains;
Ton tribunal fut mon refuge,
Où je t’éprouverai juste Juge.

5. J’ai vu les peuples mutinés.
Par ta fureur exterminés;
Avec la fleur de leur armée,
Tu fis périr leur renommée.

PAUSE 1

6. Toi, leur chef, nous as-tu défaits?
Nous as-tu détruits pour jamais,
As-tu rasé nos citadelles?
Leur nom est-il mort avec elles?

7. Non, non, le Monarque des cieux
Est sur son trône glorieux,
Pour rendre à chacun la justice,
Rude aux méchants, aux bons propice.

8. C’est là qu’il juge les humains,
Selon les œuvres de leurs mains,
Pesant dans sa juste balance,
Et la peine, et la récompense.

9. Le Tout-Puissant relèvera
Le faible qu’on opprimera;
Et dans sa plus grande détresse,
Lui servira de forteresse.

10. Ainsi ceux qui te connaîtront,
En toi, Seigneur, espéreront;
Car jamais ta main n’abandonne
L’homme droit, qui son cœur te donne.

PAUSE 2

11. Qu’on chante en toute nation,
Le Dieu qui réside en Sion;
Et que le bruit de ses louanges
Vole jusqu’aux climats étranges.

12. L’Éternel, par son bras puissant,
Venge la mort de l’innocent;
Et jamais ce grand Dieu n’oublie
Celui qui le craint et le prie.

13. Seigneur, disais-je en mon effroi,
Daigne jeter les yeux sur moi,
Toi qui de la main ennemie,
As toujours garanti ma vie.

14. Permets qu’encore à l’avenir,
En Sion j’aille te bénir;
Que j’y chante encore à ta gloire,
Un saint hymne après la victoire.

15. J’ai vu tomber ces insensés
Dans les pièges qu’ils m’ont dressés;
Leur pied léger s'est venu prendre
Aux filets qu'ils m'ont osé tendre.



PAUSE

16. Ainsi le Monarque éternel,
Par un jugement solennel,
Leur a fait porter le dommage,
Que m’avait préparé leur rage.

17. On verra toujours le méchant
Trembler, ne marcher qu’en bronchant;
Ceux qui de Dieu n’ont nulle crainte
Verront enfin leur race éteinte.

18. Mais le fidèle, humilié,
De Dieu n’est jamais oublié;
Jamais du juste dans sa peine
L’espérance ne sera vaine.

19. Empêche, ô mon Dieu, mon support,
Que l’homme ne soit plus fort;
Cite-les tous en ta présence,
Et prononce-leur leur sentence.

20. Qu’ils tremblent, et que ton pouvoir
À tous les mortels fasse voir
Que de quelque nom qu’on le nomme,
Le plus grand d’entre eux n’est qu’un homme.

(Psautier de Genève 1729)