Trouver un psaume :

19/11/2016

PSAUME 52 : Fier ennemi, qui te confies

1. Fier ennemi, qui te confies En ta prospérité, Faut-il que tu te glorifies De ta malignité? Mon Dieu m’aime, et de son secours Rien n’arrête le cours.

2. Ta langue, qui médit sans cesse,
Et qui sans cesse ment,
Est comme un fer trompeur, qui blesse,
S’il touche seulement;
Ton cœur aime la fausseté,
Il est sans équité.

3. Les entretiens qui peuvent nuire
Sont ceux où tu te plais;
Aussi le Seigneur va détruire
Ta maison pour jamais;
Du monde où tu t’es attaché,
Tu seras arraché.

4. Comme un arbre qu’on déracine,
Dieu te renversera;
Épouvanté de ta ruine,
Le juste tremblera,
Sans qu’il plaigne, en voyant ta mort,
La rigueur de ton sort.

5. Ce grand, dira-t-il, loin de prendre
L’Eternel pour soutien,
Faisait uniquement dépendre
Son bonheur de son bien;
Sa malignité, son orgueil,
Le mènent au cercueil.

6. Mais moi, grand Dieu, qui ne me fonde
Qu’en ta seule bonté,
On me verra, malgré le monde,
Dans ta maison planté,
Tel qu’un olivier verdissant,
Qu’on voit toujours croissant.

7. C’est-là, Seigneur, qu’en ta présence,
Je te célébrerai;
À l’ombre de ta providence
Je me reposerai;
Car les fidèles chaque jour,
Éprouvent ton amour.

(Psautier de Genève 1729)