Psaumes

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 100 - 101 - 102 - 103 - 104 - 105 - 106 - 107 - 108 - 109 - 110 - 111 - 112 - 113 - 114 - 115 - 116 - 117 - 118 - 119 - 120 - 121 - 122 - 123 - 124 - 125 - 126 - 127 - 128 - 129 - 130 - 131 - 132 - 133 - 134 - 135 - 136 - 137 - 138 - 139 - 140 - 141 - 142 - 143 - 144 - 145 - 146 - 147 - 148 - 149 - 150
(psaumes chantés sur la même musique)

30/12/2014

PSAUME 21



2. L’heureuse fin de son souhait
A été accordée,
Comme il l’a demandée;
Et bien que sa bouche ne l’ait
Qu’à peine prononcé,
Il se trouve exaucé.

3. Tu le préviens du haut des cieux;
Ta faveur singulière
N’attend pas sa prière.
D’un diadème glorieux,
Richement façonné,
Ta main l’a couronné.

4. Il te demandait seulement
De garantir sa vie,
Qu’il voyait poursuivie;
Et par un heureux changement,
Seigneur, tu lui permets
De régner à jamais.

5. Par ta grâce et par ta bonté,
On voit sa renommée
En mille lieux semée.
Ta main l’a toujours assisté;
Tu l’as comblé d’honneur,
De gloire et de bonheur.

6. Tu veux qu’aux siècles à venir
Il soit un grand exemple,
Où ta force on contemple.
Seigneur, il t’a plu le bénir,
Lui donnant de tes yeux
Un regard gracieux.

7. Puisque le roi, dans tout assaut,
Met avec assurance,
En Dieu ton espérance;
Par l’appui ferme du Très-Haut,
Il est sûr désormais
De ne tomber jamais.

PAUSE

8. Ton bras, ô Roi, saura frapper;
On le verra défaire
Quiconque t’est contraire;
Ton bras saura, dis-je, attraper
Tous ces lâches esprits,
Et punir leur mépris.

9. Ton brûlant courroux les rendra
Semblables à la braise
D’une ardente fournaise.
Le Dieu des cieux les détruira;
Par ses feux allumés
Ils seront consumés.

10. Ils périront entièrement,
Sans qu’il reste de trace,
Ni d’eux, ni de leur race;
Dieu tiendra, par ce jugement
Dans l’éternel oubli
Leur nom enseveli.

11. Ces méchants avaient entrepris,
Avec trop d’insolence,
D’abattre ta puissance;
Entre eux le conseil en fut pris;
Mais leur trop faible bras
Ne l’accomplira pas.

12. On les verra ces envieux,
Qui t’ont osé déplaire,
En bute à ta colère.
Et pour frapper ces furieux,
Tes traits bien assurés
Contre eux seront tirés.

13. Viens donc, élève-toi, Seigneur;
Fais, pour notre défense,
Éclater ta puissance.
Nous chanterons à ton honneur,
Nous dirons à jamais
La gloire de tes faits.

(Psautier de Genève 1729)

18/12/2014

PSAUME 20




2. Que ton offrande et tes services
Puissent plaire à ses yeux!
Qu’il fasse sur tes sacrifices
Tomber son feu des cieux!
Que par des succès salutaires,
Tels que tu les demandes,
Il rende heureuses tes affaires,
Et petites et grandes!

3. Dieu veuille exaucer tes prières;
Et notre camp joyeux
Déploiera toutes ses bannières,
En son nom glorieux.
Je le vois, ce Dieu favorable,
Qui montre au roi sa face;
Et qui, par sa main secourable,
Le sauve de disgrâce.

4. L’un en ses chars a confiance,
Et l’autre en ses chevaux;
Mais nous implorons ta puissance,
Seigneur, en tous nos maux.
Aussi, voyons-nous abolie
Leur vanité si fière,
Et notre force rétablie
En sa gloire première.

5. Ô grand Dieu, veuille nous défendre;
Seigneur, fais que le roi
Puisse au besoin nos cris entendre,
Et calmer notre effroi.
 
(Psautier de Genève 1729)

06/12/2014

PSAUME 19


2. Toutes les nations,
Par ces instructions,
Aux plus sauvages lieux,
Discernent bien le son,
Et la docte leçon,
Du langage des cieux.
Cette leçon s’apprend,
Ce langage s’entend,
Sur la terre et sur l’onde;
Surtout quand le soleil,
Sous ce dais sans pareil,
Vient se montrer au monde.

3. Tel qu’un nouvel époux,
Qu’on voit riant et doux,
Quand de sa chambre il sort;
Tel qu’un prince fameux,
Qui sur un char pompeux,
Paraît brillant et fort.
D’un jour à l’autre jour,
Du monde il fait le tour,
Tant il court juste et vite;
Cet astre glorieux
Ne voit rien sous les cieux
Qui sa chaleur évite.

4. La sage et juste loi
De notre divin roi
Ranime le mourant;
Et ses oracles saints,
Toujours clairs et certains,
Instruisent l’ignorant.
Que de ce Roi des rois
Les règlements sont droits!
Le cœur ils réjouissent;
Ses conseils précieux
Illuminent les yeux
De ceux qui les chérissent.

5. La crainte du Seigneur,
Assure leur bonheur
À perpétuité.
Tous ses commandements,
Et tous ses jugements
Sont remplis d’équité.
C’est un riche trésor,
Plus précieux que l’or
Qu’au creuset on affine;
Et le miel le plus doux
L’est beaucoup moins pour nous,
Que leur vertu divine.

6. Aussi ton serviteur,
Qui les porte en son cœur,
En est tout éclairé.
Tous ceux qui les suivront,
De ta main recevront
Un salaire assuré.
Mais qui peut se vanter
De connaître, ou compter,
Ses fautes d’ignorance ?
Mon Dieu, pour ces péchés,
À moi-même cachés,
J’implore ta clémence.

7. Que tous ces grands forfaits,
Qui par fierté sont faits,
Ne règnent point en moi;
Alors par ta bonté,
Dans mon intégrité,
Je vivrai sans effroi.
Ma bouche ne dira;
Mon cœur ne pensera;
Ma main ne pourra faire
Rien, ô Dieu, mon Sauveur,
Rien, ô mon Rédempteur,
Qui puisse te déplaire.

(Psautier de Genève 1729)

29/11/2014

PSAUME 144


2. Qu’est-ce que l’homme, en sa faiblesse extrême;
Qu’est-ce que l’homme, ô Majesté suprême,
Que ta bonté daigne s’en souvenir,
Et que ta main se plaise à le bénir!
L’homme, en effet, n’a qu’une courte vie,
À mille maux en tout temps asservie;
Ses plus beaux jours sont une ombre qui fuit,
Changés bientôt en une longue nuit.

3. Baisse les cieux; hâte-toi d’en descendre;
Frappe les monts, et réduis les en cendre.
Pour renverser tant d’ennemis divers.
Lance ta foudre, allume tes éclairs.
Tends-moi d’en-haut tes mains si secourables;
Retire-moi des torrents effroyables;
Délivre-moi d’un si pressant danger,
Et du pouvoir d’un cruel étranger.

PAUSE

4. Toujours la fraude est dans leur bouche impie,
Ils ont les mains pleines de perfidie;
Mais moi, Seigneur, ta sais que mille fois
Je t’ai loué des mains et de la voix.
C’est toi, mon Dieu, c’est toi, dont la puissance
Garde les rois, s’arme pour leur défense;
David, par elle, évite des méchants
Les noirs complots, et les glaives tranchants.

5. Fais donc qu’encore je résiste à la rage
D’un ennemi, qui m’insulte et m’outrage;
De qui le cœur est toujours infecté
Par le mensonge, et par l’impiété.
Que nos fils soient comme de jeunes plantes,
Fraîches toujours, et toujours florissantes;
Et qu’en beauté nos vierges soient aux yeux,
Des hauts piliers d’albâtre précieux.

6. Que de tes biens chaque maison soit pleine;
Que les troupeaux de nos bêtes à laine,
Par millions croissant de toutes parts,
Couvrent nos champs, et remplissent nos parcs.
Donne à nos bœufs et la force et la graisse;
Fais que jamais l’ennemi ne nous presse;
Que nul effroi ne trouble nos moissons,
Et ne nous force à quitter nos maisons.

7. Heureux le peuple, à qui Dieu, dès ce monde,
Donne une paix si douce et si profonde!
Heureux le peuple, en tout temps, en tout lieu,
Dont l’Éternel veut bien être le Dieu.

(Psautier de Genève 1729)

Psaume 18 sur la même musique.