Psaumes

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 100 - 101 - 102 - 103 - 104 - 105 - 106 - 107 - 108 - 109 - 110 - 111 - 112 - 113 - 114 - 115 - 116 - 117 - 118 - 119 - 120 - 121 - 122 - 123 - 124 - 125 - 126 - 127 - 128 - 129 - 130 - 131 - 132 - 133 - 134 - 135 - 138 - 139 - 140 - 141 - 142 - 143 - 144 - 145 - 146 - 147 - 148 - 149 - 150
(psaumes chantés sur la même musique)

13/09/2014

PSAUME 9


2. En toi je veux me réjouir,
Des biens dont tu me fais jouir;
Et je rendrai par mon cantique
Ma reconnaissance publique.

3. De ton bras la seule vertu
Dissipa l’ennemi battu;
On le vit manquer de courage,
Dès que tu montras ton visage.

4. Contre son effort inhumain,
Tu pris, Seigneur, ma cause en mains;
Ton tribunal fut mon refuge,
Où je t’éprouverai juste Juge.

5. J’ai vu les peuples mutinés.
Par ta fureur exterminés;
Avec la fleur de leur armée,
Tu fis périr leur renommée.

PAUSE 1

6. Toi, leur chef, nous as-tu défaits?
Nous as-tu détruits pour jamais,
As-tu rasé nos citadelles?
Leur nom est-il mort avec elles?

7. Non, non, le Monarque des cieux
Est sur son trône glorieux,
Pour rendre à chacun la justice,
Rude aux méchants, aux bons propice.

8. C’est là qu’il juge les humains,
Selon les œuvres de leurs mains,
Pesant dans sa juste balance,
Et la peine, et la récompense.

9. Le Tout-Puissant relèvera
Le faible qu’on opprimera;
Et dans sa plus grande détresse,
Lui servira de forteresse.

10. Ainsi ceux qui te connaîtront,
En toi, Seigneur, espéreront;
Car jamais ta main n’abandonne
L’homme droit, qui son cœur te donne.

PAUSE 2

11. Qu’on chante en toute nation,
Le Dieu qui réside en Sion;
Et que le bruit de ses louanges
Vole jusqu’aux climats étranges.

12. L’Éternel, par son bras puissant,
Venge la mort de l’innocent;
Et jamais ce grand Dieu n’oublie
Celui qui le craint et le prie.

13. Seigneur, disais-je en mon effroi,
Daigne jeter les yeux sur moi,
Toi qui de la main ennemie,
As toujours garanti ma vie.

14. Permets qu’encore à l’avenir,
En Sion j’aille te bénir;
Que j’y chante encore à ta gloire,
Un saint hymne après la victoire.

15. J’ai vu tomber ces insensés
Dans les pièges qu’ils m’ont dressés;
Leur pied léger s'est venu prendre
Aux filets qu'ils m'ont osé tendre.


PAUSE

16. Ainsi le Monarque éternel,
Par un jugement solennel,
Leur a fait porter le dommage,
Que m’avait préparé leur rage.

17. On verra toujours le méchant
Trembler, ne marcher qu’en bronchant;
Ceux qui de Dieu n’ont nulle crainte
Verront enfin leur race éteinte.

18. Mais le fidèle, humilié,
De Dieu n’est jamais oublié;
Jamais du juste dans sa peine
L’espérance ne sera vaine.

19. Empêche, ô mon Dieu, mon support,
Que l’homme ne soit plus fort;
Cite-les tous en ta présence,
Et prononce-leur leur sentence.

20. Qu’ils tremblent, et que ton pouvoir
À tous les mortels fasse voir
Que de quelque nom qu’on le nomme,
Le plus grand d’entre eux n’est qu’un homme.

(Psautier de Genève 1729)

06/09/2014

PSAUME 8


2. Le tendre enfant encore à la mamelle,
Prêche à nos yeux ta puissance éternelle;
Sa faible voix confond l’impiété,
Et du méchant condamne la fierté.

3. Quand loin du bruit, en te rendant hommage,
Seul, de tes doigts je contemple l’ouvrage,
Les cieux, la lune, et les astres brillants,
Que ta sagesse a placés en leurs rangs;

4. Je dis alors, ô Majesté suprême,
Qu’est l’homme en soi, le fils de l’homme même,
Que ta bonté daigne s’en souvenir,
Le visiter encore et le bénir?

PAUSE

5. Tu l’as un peu fait moindre que les anges,
Qui, dans le ciel, célèbrent tes louanges;
Tu l’as aussi d’éclat environné,
Comblé de gloire, et d’honneur couronné.

6. Tu l’as fait roi sur ces œuvres si belles
Que tu formas de tes mains immortelles;
Tes ordres saints ont, sans exception,
Mis sous ses pieds tout en sujétion.

7. Tous les troupeaux qui cherchent les montagnes,
Le gros bétail qui paît les campagnes,
Les animaux des déserts et des bois,
Portent son joug, ou tremblent à sa voix.

8. Et Les oiseaux qui volent et qui chantent,
Et les poissons qui par troupes fréquentent
Fleuves, étangs, et les profondes mers,
Tout est sous lui dans ce vaste univers.

9. Ô notre Dieu, tout bon, tout adorable,
Que ton saint nom est grand et redoutable!
Ta gloire éclate en ces terrestres lieux,
Ta majesté, s’élève sur les cieux.

(Psautier de Genève 1729)

02/09/2014

PSAUME 7


2. Grand Dieu, sur qui je me repose,
Si j’ai compris ce qu’il impose;
Et si contre lui j’ai tenté
Ni fraude, ni méchanceté;
Si mal pour mal j’ai voulu faire
À cet implacable adversaire;
Ou, si je ne fus le support
De celui qui me hait à tort.

3. Je veux qu’en cette injuste guerre
Il me poursuive, qu’il m’atterre,
Et que, par un dernier malheur,
Il m’ôte la vie et l’honneur.
Montre-toi donc pour ma défense;
Fais qu’il éprouve ta vengeance;
Oppose à mes fiers ennemis
Le secours que tu m’as promis.

4. Que, de tous les climats, on vienne
Entendre ma cause et la sienne,
Quand sur ton trône glorieux,
Tu feras droit entre nous deux.
Là, des peuples souverains Juge,
Ô Dieu, tu seras mon refuge,
Pour me juger dans l’équité,
Et selon mon intégrité.

PAUSE

5. Confonds des méchants la malice,
Et rends aux justes la justice,
Toi, dont les yeux toujours ouverts,
Sondent les cœurs les plus couverts.
Dieu, qui connaît mon innocence,
Est mon bouclier, ma défense;
Son bras soutient, et rend vainqueur,
Tout homme juste et droit de cœur.

6. Dieu, dis-je, est le juge équitable
De l’homme droit et véritable;
Mais on le voit se courroucer,
Quand on s’obstine à l’offenser.
Si celui qui cherche à me nuire
Ne vient enfin à se réduire,
Dieu prendra, contre ce méchant,
Son arc et son glaive tranchant.

7. S’il n’apaise Dieu par ses larmes,
Dieu lui fera sentir ses armes;
Ses flèches donneront la mort
À ceux qui m’en veulent à tort.
De ce méchant l’humeur hautaine
Conçoit du travail, de la peine;
Et pour tout fruit de son désir,
N’enfante que du déplaisir.

8. Toujours profond dans ses malices,
Il me creuse des précipices;
Mais dans tous ceux qu’il creusera,
Lui seul se précipitera.
Le mal que sa haine m’apprête
Va lui retomber sur la tête;
Du trait que sa main a lancé,
Lui-même se verra percé.

9. Ô Dieu, je bénis ta justice,
Qui se montre à mes vœux propice;
Et tant que je respirerai,
Ton saint nom je célèbrerai.

(Psautier de Genève 1729)

01/09/2014

PSAUME 6


2. Que plutôt ta tendresse
Soulage ma faiblesse,
Dans les maux que je sens.
Ma force m’abandonne;
Et la douleur étonne
Et mes os et mes sens.

3. Ma tristesse redouble,
Et mon esprit se trouble,
De crainte et de souci.
Mon Dieu, mon espérance,
Faut-il que ma souffrance
Dure toujours ainsi?

4. Hélas! Père de grâce,
Tourne vers moi ta face,
Et calme mon effroi.
Malgré ma faute extrême,
Pour l’amour de toi-même,
Ô grand Dieu, sauve-moi.

5. Privé de la lumière,
Enfermé dans la bière,
Peut-on psalmodier?
Et dans la fosse obscure,
Parmi la pourriture,
Tes hauts faits publier?

PAUSE

6. La nuit, quand tout sommeille,
Je suis le seul qui veille;
Pressé de mes douleurs,
J’ai la plainte à la bouche,
Et le lit où je couche
Est noyé de mes pleurs.

7. Je suis méconnaissable;
Le chagrin qui m’accable,
Se fait voir dans mes yeux.
Je sens croître ma peine,
Par la joie inhumaine,
Qu’en ont mes envieux.

8. Allez, hommes iniques;
Fuyez, pestes publiques;
Abandonnez ces lieux;
Mon Dieu sait mes alarmes,
Et la voix de mes larmes
A pénétré les cieux.

9. Sa bonté singulière
Écoute ma prière,
Et m’exauce en tout temps.
Quoi que je lui demande,
Sa clémence est si grande,
Qu’il rend mes vœux contents.

10. Ils s’en vont, pleins de honte;
Ma délivrance prompte
Surprend mes ennemis;
Dieu confond leur malice,
Et m’est toujours propice,
Comme il me l’a promis.

(Psautier de Genève 1729)