Psaumes

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 - 57 - 58 - 59 - 60 - 61 - 62 - 63 - 64 - 65 - 66 - 67 - 68 - 69 - 70 - 71 - 72 - 73 - 74 - 75 - 76 - 77 - 78 - 79 - 80 - 81 - 82 - 83 - 84 - 85 - 86 - 87 - 88 - 89 - 90 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95 - 96 - 97 - 98 - 99 - 100 - 101 - 102 - 103 - 104 - 105 - 106 - 107 - 108 - 109 - 110 - 111 - 112 - 113 - 114 - 115 - 116 - 117 - 118 - 119 - 120 - 121 - 122 - 123 - 124 - 125 - 126 - 127 - 128 - 129 - 130 - 131 - 132 - 133 - 134 - 135 - 136 - 137 - 138 - 139 - 140 - 141 - 142 - 143 - 144 - 145 - 146 - 147 - 148 - 149 - 150
(psaumes chantés sur la même musique)

08/10/2014

PSAUME 64


2. Garantis-moi des mains cruelles
De ces méchants fins et couverts;
Dissipe leurs complots divers;
Confonds les ruses criminelles
De ces rebelles.

3. Ils ont des langues acérées,
Plus perçantes que des poignards;
Leurs discours sont comme des dards,
Dont les âmes sont pénétrées
Et déchirées.

4. Le juste en a reçu l’atteinte
Dans les lieux les plus reculés;
Par leurs coups souvent redoublés
Ils ont presque sa vie éteinte,
Sans nulle crainte.

5. Le crime seul plaît à leur âme;
Ils tendent leur piège en secret,
Et péchant sans aucun regret,
Qui voit, disent-ils, cette trame?
Et qui nous blâme?

PAUSE

6. Leur malice est toujours habile
À contenter leur passion;
Pour eux, aucune invention
Ne fut jamais trop difficile,
Ni trop subtile.

7. Mais le Dieu sur qui je m’assure
Pour détruire ces malheureux,
Lancera mille traits sur eux,
Dont chacun fera sa blessure
Soudaine et sûre.

8. Par leur propre langue damnable
Je les vois déjà confondus;
Ils courent partout éperdus,
Gémissant du mal effroyable
Qui les accable.

9. Tout enfin rendra ses hommages
Au pouvoir du Dieu souverain;
Tout dira l’effort de sa main,
Dont on voit tant de témoignages
Dans ses ouvrages.

10. Surtout le juste, en sa présence,
Le bénira d’un hymne saint;
Et le fidèle qui le craint,
Chantera, plein de confiance,
Sa délivrance.

(Psautier de Genève 1729)

Psaume 5 avec la même musique.

02/10/2014

PSAUME 12



2. Les gens du siècle aiment la tromperie,
Le vain mensonge, et le déguisement;
Tous leurs discours sont pleins de flatterie;
La bouche parle, et le cœur la dément.

3. Retranche, ô Dieu, ces lèvres attrayantes,
Dont tous les jours nous sommes abusés;
Perce, Seigneur, ces langues arrogantes,
Dont tous les jours nous sommes méprisés.

4. Non, disent-ils, à quoi bon nous contraindre?
Par nos discours nous l’emportons sur tous;
Flattons, mentons, nous n’avons rien à craindre,
Nous le pouvons, nos langues sont à nous.

5. Mais mon Dieu dit : l’affligé me réclame,
J’entends ses cris, et je me lèverai.
Je sais qu’à tort son ennemi le blâme;
De ses filets je le délivrerai.

6. De ce grand Dieu la parole se trouve
Constamment pure, et pures sont ses lois,
Comme l’argent lorsque le feu l’éprouve,
Quand on l’affine au fourneau par sept fois.

7. Ton peuple, ô Dieu, gémit dans la souffrance,
Montre-toi donc plus facile à nos vœux;
Et réprimant une injuste licence,
Prends soin de nous dans ces temps malheureux.

8. Tu vois, Seigneur, que les méchants dominent,
Leur nombre est grand, la force est en leurs mains;
Les plus abjects contre nous se mutinent,
Et nous servons aux plus vils des humains.

(Psautier de Genève 1729)

26/09/2014

PSAUME 11


2. Mais on verra tomber leur entreprise;
Dieu confondra tous ces audacieux;
Car quelle faute a le juste commise?
Le Tout-Puissant réside dans les cieux;
Là, sur son trône, est l’éternel Monarque,
De ce lieu saint rien n’échappe à ses yeux,
Et des humains chaque pas il remarque.

3. Il voit le juste, il le sonde, il l’approuve;
Mais l’homme inique est son aversion,
Et jamais grâce auprès de lui ne trouve.
Sur les méchants son indignation
Fera tomber un foudroyant orage;
Le feu du ciel sera leur portion,
Le soufre ardent leur unique breuvage.

4. Dieu, juste juge, à tous rend la justice;
Et de son cœur la tendre émotion
À l’homme droit en tout temps est propice.

(Psautier de Genève 1729)

19/09/2014

PSAUME 10



2. Dans son péché le méchant s’applaudit,
Il croit que tout doit répondre à ses vœux;
Le riche inique est le seul qu’il chérit;
Il hait le pauvre, et fuit le malheureux,
Bravant le ciel d’un air audacieux;
En rien, dit-il, je ne veux me contraindre;
Car il n’est point de Dieu, qu’on doive craindre.

3. Tout lui succède; il fait mal sans cesser;
Et foule aux pieds ton juste jugement;
Il se promet de pouvoir renverser
Ses ennemis, d’un souffle seulement.
Il s’applaudit, il dit à tout moment,
Lorsqu’il voit tout à ses projets répondre;
Qui peut jamais m’ébranler, me confondre?

4. Son faux discours, plein d’affectation,
Tient de son cœur le noir venin caché;
Nuire et tromper, c’est sa profession,
Il a l’outrage à la langue attaché;
Tel qu’un voleur près du chemin couché,
Qui tout d’un coup sur le passant se jette,
Et tue ainsi l’innocent en cachette.

PAUSE

5. C’est un lion doublement dangereux,
Qui, dans son fort couché, sans faire bruit,
À l’imprévu surprend les malheureux,
Et de leur chair se repaît jour et nuit.
Voyant sa proie, avec ruse il la suit;
Il se tapit, il rampe contre terre,
Et soudain livre une mortelle guerre.

6. Quand il commet ses crimes odieux,
Il croit que Dieu n’en pourra rien savoir;
Qu’il les oublie, ou qu’il ferme les yeux,
Qu’il est trop loin pour s’en apercevoir.
Montre-toi donc, Seigneur, et fait lui voir,
Que lorsqu’on veut opprimer l’innocence,
Ton bras vengeur est prêt pour sa défense.

7. Quoi! le méchant, exécrable en ses faits,
Ose irriter ainsi le Souverain!
De rien, dit-il, Dieu ne s’enquiert jamais.
Tu vois pourtant, Seigneur, son noir dessein;
De l’innocent tu prends la cause en main;
Tu sers de père au malheureux pupille,
Qui hors de toi ne peut trouver d’asile.

8. Ôte la force, et fais faillir le cœur,
Aux insolents, dont l’orgueil t’a bravé;
En les jugeant, laisse agir ta rigueur,
Afin qu’au monde il n’en soit plus trouvé.
Quand ils auront ton courroux éprouvé,
Tu règneras seul dans ta terre sainte;
Et des méchants sera la race éteinte.

9. Alors, Seigneur, ton peuple revivra,
Voyant changer cette rude saison;
Seigneur, alors ta grâce exaucera
Nos vœux ardents et notre humble oraison.
Ton bras mettant chacun à la raison,
L’homme mortel, qui n’est que cendre et terre,
À tes enfants ne fera plus la guerre.

(Psautier de Genève 1729)